Décryptage des opportunités et des stratégies numériques
Rechercher

Passer de la hiérarchie au réseau 

Les environnements actuels sont caractérisés par deux éléments : l’imprévisibilité et l’exponentialité. La difficulté, rappelle l’auteur, John Kotter, professeur à la Harvard Business School, est que les entreprises et les organisations n’y sont pas préparées, car elles sont davantage optimisées pour l’efficacité que pour l’agilité. A part une minorité.

« Le monde change à un rythme tel que les systèmes, les structures et les cultures construits au cours du siècle dernier ne peuvent faire face aux demandes qui pèsent sur eux. Le nombre d’organisations qui vivent sur des icebergs en train de fondre n’a jamais été aussi élevé. » Même dirigée par des personnes compétentes, une hiérarchie traditionnelle ne peut devenir plus agile. Et face à un tel contexte, de simples ajustements des choix stratégiques ne suffisent plus. D’où la nécessité, selon John Kotter, d’un nouveau système : « Le nouveau système apporte agilité et vitesse et l’ancien, toujours en place, fiabilité et efficacité. »

L’une des limites, lorsque tout va plus vite, réside dans les hiérarchies en place. « Les entreprises ont longtemps vécu en ne réévaluant leurs stratégies qu’épisodiquement, lorsqu’elles étaient contraintes de le faire. Aujourd’hui une entreprise qui ne repense pas régulièrement son orientation se met en danger. » Certes, les hiérarchies sont toujours nécessaires, mais « on sollicite encore et encore le même petit nombre de personnes de confiance pour piloter les initiatives clés, ce qui, naturellement, limite le nombre de projets et la vitesse à laquelle ils peuvent être conduits », souligne l’auteur, pour qui « la communication entre les silos manque de rapidité et d’efficacité. La même chose est vraie de la circulation verticale de l’information. Résultat : toujours plus d’atermoiements. » A cela s’ajoute le fait que, généralement, les individus s’accrochent à leurs habitudes (et à leurs hiérarchies), pratiquent l’autosatisfaction, pensent que les « choses sont bien comme elles sont » et « craignent de perdre du pouvoir et de la stature », prévient John Kotter, qui plaide pour une réduction (mais pas une suppression) des niveaux hiérarchiques.

Comment résoudre, en partie, ce problème ? Pour l’auteur, il faut mettre en place un système dual, basé sur la coexistence de hiérarchies et de réseau : « Un réseau plus proche du système solaire d’une start-up que de la pyramide de Gizeh d’une organisation parvenue à maturité qui peut créer agilité et vitesse. » Une telle approche n’a rien à voir avec des initiatives telles que des task forces interservices, des comités d’innovation ou des dispositifs qui laissent les collaborateurs travailler sur des projets personnels. « Ces initiatives ne sont jamais que l’enrichissement d’un système unique », prévient John Kotter. Ce système dual, mis en exergue par l’auteur, présente l’avantage de concerner moins le management que le pilotage d’initiatives stratégiques. Mieux, « alors qu’une hiérarchie classique ne change généralement pas beaucoup d’année en année, ce type de réseau se transforme constamment et avec facilité. Il libère l’information prisonnière des silos et ses strates hiérarchiques », résume l’auteur. Le système dual (un côté hiérarchie, un côté réseau) a plusieurs caractéristiques : des profils diversifiés, un état d’esprit de type « on y croit » plutôt que « il faut », davantage de leadership que de management…

Comment faire pour passer d’un monde à l’autre ? John Kotter, à partir de son observation d’entreprises, identifie huit accélérateurs (voir encadré). L’auteur l’assure : « Lorsque tous ces accélérateurs fonctionnent correctement, ils résolvent naturellement les défis inhérents à la construction d’un type nouveau et différent d’organisation. Ils fournissent l’énergie, les volontaires, la coordination, l’intégration de la hiérarchie et du réseau et la coopération nécessaires. » Cela ne nécessite d’ailleurs pas de profonds changements : « Il y a beaucoup moins de risques qu’on pourrait le penser », assène l’auteur. La tâche la plus difficile reste de « réussir à convaincre des personnes élevées au biberon des hiérarchies qu’un système dual est tout de même possible », dans un contexte où, affirme John Kotter, « le XXIème siècle nous obligera tous à évoluer vers une forme fondamentalement nouvelle d’organisation. »

DBR30 biblio

Accélérez ! Oser l’agilité, par John Kotter, Ed. Pearson, 2017, 182 pages.

Les huit accélérateurs

  1. Créer un sentiment d’urgence autour des opportunités, pour adresser les menaces et les possibilités stratégiques.
  2. Construire une coalition pilote, composée de personnes venues de toute l’organisation, de tous niveaux hiérarchiques. 
  3. Constituer une vision des initiatives stratégiques, celles qu’une hiérarchie traditionnelle ne peut prendre en compte par elle-même.
  4. Lever une armée de volontaires, qui diffusent, dans l’organisation, des informations sur la vision du changement et les initiatives stratégiques en vue de susciter l’intérêt et l’adhésion du plus grand nombre de personnes.
  5. Faciliter l’action en supprimant les obstacles, en mettant l’accent sur ce qui se fait actuellement (pour éviter les chevauchements), sur ce qui a été fait (pour éviter de refaire), ainsi que sur les objectifs opérationnels.
  6. Produire et fêter des victoires de court terme, en les rendant plus visibles dans l’organisation, des plus grandes aux plus modestes.
  7. Entretenir l’accélération, qui est « l’exact opposé d’une approche et d’un état d’esprit de type "une fois que c’est fait, on n’en parle plus". »
  8. Instituer le changement pour l’intégrer aux processus, aux systèmes, aux procédures et aux comportements.
La rédaction

La rédaction

Nos Ouvrages

  • L’Observatoire 
Digital Business Review

    Cette première édition de l’Observatoire Digital Business Review propose, en 140 articles, un décryptage des opportunités et des tendances numériques. Le contenu, issu des numéros de Digital Business Review, est présenté sous différentes formes : retours d’expérience, chiffres-clés, analyse, résumés d’ouvrages et d’études…

  • Best Practices Spotlight 
Atlas - Édition 2018

    L’Atlas du DSI regroupe tous les sujets publiés dans le cadre du service de benchmarking et de veille Best Practices Spotlight. L’Atlas du DSI propose des articles synthétiques pour rester à l'état de l'art, des chiffres-clés pour se benchmarker, des argumentaires pour convaincre les métiers, des bonnes pratiques à partager avec vos équipes et des résumés d'études que vous n'avez jamais le temps de lire.

  • Best Practices
Mises en œuvre

    Cette première édition des Best Practices mises en oeuvre regroupent des recommandations, des conseils et des méthodologies issues de retours d'expérience de DSI et de l'expertise de nos équipes. La centaine d'articles retenus abordent la stratégie et le management du SI, la gestion de projet, la valorisation de la DSI, le sourcing et le pilotage de la DSI.

A ne pas manquer

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris