Décryptage des opportunités et des stratégies numériques
Rechercher

L’automatisation et l’emploi : un état des lieux

Le McKinsey Institute a remis à jour son étude sur l’automatisation et ses effets sur l’emploi. Dans leur exercice de prospective à l’horizon 2030, les auteurs dégagent quatre tendances. La première est que l’intelligence artificielle et la robotique ont des effets positifs sur l’économie et la productivité.

Deuxième tendance : bien que, potentiellement, la moitié des emplois soient automatisables en partie ou en totalité, l’impact devrait être plus faible, autour de 15 %, en fonction des facteurs économiques, techniques et sociaux susceptibles d’affecter le rythme d’adoption. Les pays les plus développés seront davantage touchés, les salaires y étant plus élevés et les entreprises plus tentées d’automatiser pour réduire les coûts.

Troisième idée : malgré l’automatisation, la demande de travail devrait progresser, du fait de la croissance de la consommation et des investissements dans les infrastructures. « L’histoire montre que les vagues technologiques ont créé de nouveaux emplois », rappellent les auteurs. Si l’on prend l’exemple des Etats-Unis et du secteur des technologies, les consultants de McKinsey rappellent que si, sur la période 1970-2015, ont été détruits pas moins de 61 000 emplois de dactylos, 32 000 emplois de réparateurs de machines à écrire, 881 000 emplois de comptables, 823 000 emplois de secrétaires, il s’est créé, pendant la même période, près de vingt millions d’emplois, à comparer avec 3,5 millions d’emplois détruits. On obtient un solde net de 15,7 millions d’emplois créés. On peut d’aileurs effectuer le même calcul avec le secteur automobile : il a créé, entre 1910 et 1950, pas moins de 7,5 millions d’emplois et, en parallèle, en a détruit 623 000, essentiellement dans le transport ferroviaire, chez les coursiers et dans le secteur des chevaux.

Enfin, selon les consultants de McKinsey, il sera quand même nécessaire de reconvertir, par la formation, une partie de la population active (entre 3 % et 14 % selon les pays) à l’usage des technologies. Cette intéressante étude suggère que la ligne de fracture va délimiter les métiers caractérisés par des tâches physiques prédictibles (agriculture, mécanique, production…), touchés par l’automatisation, de ceux caractérisés par des tâches intellectuelles imprévisibles (ingénierie, services à la personne, management, design…), épargnés pour encore quelques décennies. Globalement, l’évolution de l’emploi face à l’automatisation dépend de multiples facteurs et pas seulement de la vigueur des investissements en technologies de l’information : les auteurs mentionnent ainsi des facteurs tels que le vieillissement de la population, les problématiques énergétiques et de climat ou encore le rythme de la consommation des biens et des services…

Face à ces tendances lourdes, les consultants de McKinsey suggèrent aux individus de se préparer et, pour cela, de privilégier quatre postures :

  1. Adopter une mentalité de start-up et d’entrepreneur : « Dans un monde où les contours du travail évoluent rapidement, les individus sont davantage maîtres de leur destin, l’époque où l’on planifiait une carrière pour le même employeur est révolue. »
  2. Acquérir les compétences les plus proches de la demande du marché, dans une optique d’apprentissage continu, qu’il s’agisse de compétences émotionnelles, de travail en équipe, de communication ou de créativité.
  3. Se préparer à des recherches d’emplois via des outils numériques et des plateformes digitales, « qui deviendront la norme du recrutement », estiment les consultants de McKinsey.
  4. Considérer de nouvelles formes de travail. Il ne s’agit pas seulement d’intégrer le fait de travailler pour de multiples employeurs au cours d’une vie professionnelle, mais d’aller au-delà de la norme du travail à temps plein. Les auteurs rappellent qu’aux Etats-Unis et en Europe, quasiment un tiers de la population active travaille de manière indépendante.

Les auteurs de l’étude concluent qu’il est temps « de replacer le débat, encore trop anxiogène, sur l’automatisation autour des problématiques de croissance et de la manière de gérer la transition inévitable vers un futur de plus en plus automatisé. »

206 biblio

Jobs lost, Jobs gained : workforce transitions in a time of automation, McKinsey Institute, décembre 2017, 160 pages.

La rédaction

La rédaction

Nos Ouvrages

  • L’Observatoire 
Digital Business Review

    Cette première édition de l’Observatoire Digital Business Review propose, en 140 articles, un décryptage des opportunités et des tendances numériques. Le contenu, issu des numéros de Digital Business Review, est présenté sous différentes formes : retours d’expérience, chiffres-clés, analyse, résumés d’ouvrages et d’études…

  • Best Practices Spotlight 
Atlas - Édition 2018

    L’Atlas du DSI regroupe tous les sujets publiés dans le cadre du service de benchmarking et de veille Best Practices Spotlight. L’Atlas du DSI propose des articles synthétiques pour rester à l'état de l'art, des chiffres-clés pour se benchmarker, des argumentaires pour convaincre les métiers, des bonnes pratiques à partager avec vos équipes et des résumés d'études que vous n'avez jamais le temps de lire.

  • Best Practices
Mises en œuvre

    Cette première édition des Best Practices mises en oeuvre regroupent des recommandations, des conseils et des méthodologies issues de retours d'expérience de DSI et de l'expertise de nos équipes. La centaine d'articles retenus abordent la stratégie et le management du SI, la gestion de projet, la valorisation de la DSI, le sourcing et le pilotage de la DSI.

A ne pas manquer

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris