Fake news : les étudiants de GEM piégés par leur école

  • Publié le : 15 septembre 2019
  • Ecrit par : La rédaction
  • Exclusivement en ligne

Le vendredi 13 septembre 2019, Grenoble Ecole de Management (GEM) a piégé ses 700 nouveaux étudiants du Programme Grande Ecole. Dans le cadre du Défi de la rentrée 2019 et à partir d’un certain nombre de données personnelles, l’Ecole leur a révélé leur profil d’apprentissage et prédit leur début de carrière, volontairement marqués « succès » ou « échec ». Le pot aux roses n’a été révélé qu’après un « pétage de plomb » en direct, d’étudiants complices dissimulés dans le groupe. Le but : faire prendre conscience aux étudiants que leurs données personnelles peuvent être utilisées à bon ou à mauvais escient.

« L’idée était de confronter les étudiants aux promesses et aux dérives possibles de la technologie. A partir de données personnelles réelles fournies par les étudiants et de données complétement fantaisistes, nous avons dressé deux faux portraits pour chaque étudiant : un profil qui leur disait s’ils avaient besoin de soutien ou non dans les apprentissages (et qui donnait accès ou non à des privilèges - accès aux stages, parcours internationaux, etc -), et un profil prédictif sur leur début de carrière plus ou moins favorable. Les réactions ont été vives. Nous avons donc atteint notre but : déconstruire la machine pour créer la vigilance et la conscience de ce à quoi peuvent servir leurs données personnelles » explique Lionel Strub, professeur et co-organisateur du défi de la rentrée 2019 à GEM.

Cette première journée de rentrée à GEM s’est inscrite dans le cadre d’une version entièrement revue et modifiée du « Défi de la rentrée » créé l’an dernier. « Du 13 au 26 septembre, les étudiants de première année du Programme Grande Ecole débattront autour de six grands enjeux sociétaux et environnementaux déclinés en 18 controverses et liés aux grands défis du management de la technologie » raconte Ivan Laurens, professeur et co-organisateur du défi de la rentrée 2019 à GEM. Parmi les exemples de sujets possibles : des vêtements made in France, nécessité ou punition ? L’eau est-elle un produit de consommation comme un autre ? "Blablacariser" sa consommation, vrai ou faux-ami ? L'agriculture urbaine, nécessité ou gadget hipster ? La voiture autonome, véritable solution technologique ou miroir aux alouettes ? « Les étudiants présenteront leur vision éclairée et critique de chacun des défis à un public de chefs d’entreprise, d’enseignants, d’acteurs de la société civile… C’est en adoptant une telle attitude qu’ils seront forts d’une culture informationnelle citoyenne personnelle et raisonnée. Celle-ci leur permettra de prendre part aux débats sociétaux avec plus de pertinence pour agir favorablement sur le monde » conclut Ivan Laurens.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris